L’homme pourrait complètement détruire la forêt amazonienne d’ici 2064

Depuis les incendies de la forêt amazonienne de 2019, les gens du monde entier savent ce que c’est que de voir la forêt amazonienne s’effriter lentement. Mais ces incendies sont loin d’être terminés. Et selon un nouveau rapport, si nous ne faisons rien pour arrêter le développement et la déforestation de l’Amazonie, la forêt tropicale pourrait s’assécher au-delà du point de non-retour d’ici 2064, et s’effondrer.

Forêt amazoniène, un inestimable patrimoine écologique en danger

Si cela se produit, cela aurait des conséquences absolument dévastatrices sur l’Amazonie elle-même, les animaux et les gens qui habitent la forêt tropicale, et la planète entière.

L’étude, publiée dans la revue Environment, examine la possibilité que la forêt amazonienne atteigne un « point de basculement », c’est-à-dire qu’elle se transforme en savane, ce qui fait l’objet de discussions depuis des décennies (mais plus encore depuis les incendies de 2019).

Cependant, ce point de basculement pourrait être bien pire qu’une savane, selon l’étude. L’auteur principal et professeur de l’Université de Floride, Robert Toovey Walker, a ajouté que la forêt tropicale amazonienne pourrait également devenir un « système ouvert, à feuilles caduques ou à ce qui a toutes les apparences d’une forêt secondaire dégradée avec une faible biomasse ». Fondamentalement, les perturbations humaines pourraient faire perdre à l’Amazonie sa canopée fermée, les plantes s’assèchent, des espèces infinies s’éteignent et le chaos total s’ensuit.

Une savane est une zone boisée ou une prairie sèche située à l’intérieur ou à proximité des tropiques, avec des arbres formant une canopée ouverte. La savane se situe entre un désert et une forêt tropicale à l’échelle du biome. Elle est donc loin d’être aussi humide qu’une forêt tropicale, mais elle n’est pas non plus aussi sèche qu’un désert.

40% de la forêt amazonienne risque de se transformer en savane

En revanche, une forêt tropicale humide est une jungle tropicale, chaude et humide, couverte d’une canopée d’arbres fermée. Les forêts tropicales humides sont connues pour leur biodiversité luxuriante (10 % de la biodiversité mondiale se trouve en Amazonie), tandis que les savanes ont la réputation d’être beaucoup moins riches en biodiversité. Cependant, les savanes peuvent en fait être très diversifiées sur le plan biologique, et il est important de protéger les savanes tout comme il est important de protéger les forêts tropicales, comme l’explique Mongabay.

Cela dit, si l’Amazonie devient une savane dans les 43 prochaines années — ou, plus important encore, si elle devient plus sèche qu’une savane, comme Walker le suggère — ce serait un désastre. L’Amazonie abrite 10 millions d’espèces d’animaux, d’insectes et de plantes, ainsi que des centaines de groupes de populations indigènes, qui dépendent tous de l’écosystème de la forêt tropicale pour l’eau, la nourriture, l’abri et autres — et dont beaucoup souffrent déjà.

La déforestation du bassin amazonien s’est grandement accélérée entre 1991 et 2004

Walker a ajouté que si l’Amazonie atteint réellement ce point, cela menacera également la sécurité de l’eau pour les 35 millions de personnes qui dépendent de l’eau du bassin amazonien — et donc la production agricole nécessaire pour nourrir les gens. Fondamentalement, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour arrêter la déforestation et protéger l’Amazonie de ce sort.

Selon l’étude, la cause du déclin de l’Amazonie est due aux perturbations humaines dans la forêt tropicale — à savoir le développement et la déforestation, ainsi que la crise climatique en général. L’homme coupe chaque jour de grandes étendues de forêt tropicale en allumant des feux de forêt pour ouvrir des terres au développement.

Il est intéressant de noter que 80 % de la déforestation en Amazonie est le résultat de l’élevage de vaches pour la viande et les produits laitiers, selon l’école de l’environnement de Yale, tandis que les 20 % restants peuvent être attribués à des choses comme la culture du soja (pour nourrir le bétail), l’huile de palme et le bois de construction.

Dans l’étude, Walker blâme également l’administration du président brésilien Jair Bolsonaro, qui a réduit les protections environnementales pour l’Amazonie et encouragé le développement de la forêt tropicale. « Son administration semble déterminée à supprimer toutes les restrictions qui subsistent en matière d’exploitation des ressources naturelles de l’Amazonie », a écrit Walker.

Pour éviter ce sort, les humains doivent cesser de développer l’Amazonie et donner à la forêt tropicale l’espace nécessaire pour guérir. Malheureusement, avec Bolsonaro au pouvoir, les promoteurs sont encouragés au lieu d’être punis — mais heureusement, il existe de nombreuses organisations qui luttent contre cela et qui travaillent à la protection de l’Amazonie. Par exemple, il existe Amazon Watch et le Rainforest Action Network, que vous pouvez soutenir financièrement, et utiliser leurs sites web comme ressources pour en savoir plus sur ces questions.

Si vous souhaitez plutôt donner de votre temps, consultez le guide de Worldpackers sur le bénévolat pour la protection de l’Amazonie.

De plus, vous pouvez réduire votre consommation de produits qui peuvent provenir de l’Amazonie, comme le bœuf, les produits laitiers, l’huile de palme, le papier et le bois, et écrire aux entreprises qui peuvent s’approvisionner en produits de l’Amazonie et exiger des changements.

Comment réduire sa consommation de plastique et ses déchets? suivez notre blog #365R et notre sélection de produits réutilisables zéro déchet et zéro plastique

Comment réduire sa consommation de plastique et ses déchets? suivez notre blog #365R et notre sélection de produits réutilisables zéro déchet et zéro plastique